CBD et interaction médicamenteuse : quelques points de vigilance !

par | Juin 15, 2022 | CBD

Le CBD, c’est quoi ?

CBD est une abréviation de cannabidiol, molécule extraite du chanvre (Cannabis sativa). Le chanvre est une plante de la famille des Cannabaceae, originaire d’Asie qui est peut être utilisée de différentes manières, dont en huile. Il en existe plusieurs espèces, mais l’espèce cultivée pour un usage industriel est le Cannabis sativa. De plus en plus utilisé pour ses nombreuses vertus thérapeutiques, il est important de connaître les risques d’interactions médicamenteuses du CBD.

Est-ce dangereux de prendre du CBD ?

En France, la commercialisation de CBD ou cannabidiol est réglementée sous plusieurs conditions juridiques.

Pour toute extraction de CBD issue de la plante Cannabis sativa, le produit final ne doit pas contenir de stupéfiant. Ainsi, la teneur en THC doit être inférieure à 0,2%, et ceci, prouvée par des rapports d’analyses.

Il existe plusieurs espèces de chanvre, celle autorisée pour la culture, l’exportation, l’importation, et l’utilisation industrielle et commerciale est Cannabis sativa L. selon l’article 2 de l’Arrêté du 22 août 1990 portant application de l’article R. 5132-86 du code de la santé publique pour le cannabis. De plus, l’utilisation des fleurs et des feuilles est interdite.

Le CBD retrouvé dans le commerce ne contient donc pas de THC ou dans des quantités insignifiantes.

THC signifie tétrahydrocannabinol, c’est l’une des molécules présentes également dans le chanvre. Le THC est la molécule responsable des effets psychotropes du chanvre. Le CBD n’est pas une substance dangereuse, ni toxique, ni psychoactive, cependant, au même titre que n’importe quelle substance, il existe des niveaux et des seuils de tolérabilités. En effet, comme l’a dit le célèbre alchimiste Paracelse “c’est la dose qui fait le poison”. Les seuils de tolérance du CBD ne sont pas encore clairement établis. Cependant, quelques effets secondaires ont été établis. Parmi eux figurent, des diarrhées, des somnolences, une baisse de tension, des vertiges et de la fatigue. Si vous souhaitez en savoir plus sur les différences entre le CBD, THC et Canabis, voici un article où vous trouverez vos réponses.

 

Quels sont les effets du CBD ?

Bien que le CBD ne possède pas d’effets psychoactifs, ce n’est pas une molécule inerte. En effet, cette substance est connue pour ses propriétés thérapeutiques. L’étude de Babson et al. a mis en évidence l’intérêt du CBD pour traiter l’insomnie (1). Cette capacité serait due aux propriétés anxiolytique, antipsychotique et neuroprotective du CBD.

 

Peut-on prendre du CBD avec un autre traitement ?

Les médicaments sont métabolisés au niveau du foie par des enzymes. Le CBD intervient à ce niveau en agissant notamment avec les enzymes du complexe appelé cytochrome P450, nous détaillerons ce point un peu plus tard. À certaines doses, le CBD n’aura aucun risque d’interaction avec des médicaments.

Une dose thérapeutique de CBD a été établie. Elle se situe entre 200 et 300 mg par jour.

Point sur la réglementation :

Pour rappel, en France, la DGCCRF indique que le CBD et l’huile de CBD en alimentaire et en complément alimentaire sont considérés comme ingrédients Novel Food et ne sont pas autorisés dans ces produits pour la consommation.CBD et interaction médicamenteuse effets indésirables

Seules la graine de chanvre ou l’huile de graines de chanvre (obtenue par pression à froid) sans THC ni CBD sont autorisées en alimentaires et en compléments alimentaires en France.

La réglementation peut varier selon les pays, même au sein de l’Union Européenne. La réglementation belge indique, selon l’Arrêté Royal du 29 août 1997, que la plante Cannabis sativa L. figure parmi les plantes dangereuses qui ont interdiction d’être utilisées parmi les denrées alimentaires, y compris pour les graines et l’huile des graines de chanvre (sauf exception : une dérogation peut être accordée si elle est associée à un certificat d’analyse conforme, la dérogation ne s’applique pas pour l’utilisation des feuilles et des fleurs en infusion ou tisane, même si le taux de THC est très faible).

Au Royaume-Uni, la réglementation est plus légère. Les produits à base de CBD sont également considérés comme Novel Food, cependant, la Food Standard Agency (Autorités Anglaises) tolère ces produits sur le marché à condition que les entreprises aient soumis une demande d’autorisation de nouveaux ingrédients avant le 31 mars 2021.

La réglementation diffère également dans d’autres pays de l’Union Européenne et au-delà.

 

Comment savoir s’il y a des interactions médicamenteuses entre le CBD et mon traitement ?

D’après une étude, réalisée en 2020 par P. T. Kocis et K. E. Vrana, il existerait 57 molécules à surveiller lors d’une prise simultanée de CBD. Selon eux, les interactions dangereuses concernent les anticoagulants à base de Warfarine, les antiarythmiques tels que le amiodarone, les hormones thyroïdiennes comme le levothyroxine et les anticonvulsants à base de Clonazépam / Clobazam.

Les médicaments sont métabolisés au niveau du foie grâce à des enzymes du cytochrome P450. Vous avez très certainement déjà entendu qu’il était préférable d’éviter la consommation de pamplemousse avec certains traitements. À la manière du pamplemousse, le CBD perturbe le fonctionnement de ces enzymes. Il y a donc un risque de diminution de l’effet du médicament, voire une inactivation. Dans certains cas, le CBD peut, au contraire, augmenter la métabolisation habituelle du médicament. Une augmentation de métabolisation peut engendrer un grand risque de surdosage et une augmentation du risque d’effets secondaires.

 

Existe-t-il des effets indésirables liés à la prise de CBD et d’anxiolytiques ?

Le CBD est reconnu pour ses effets anxiolytiques, sa consommation a souvent été constatée en supplémentation d’un traitement antidépresseur, anxiolytique ou des somnifères. Une partie de ces médicaments sont des inhibiteurs sélectifs de recapture de sérotonine (ISRS). Parmi eux, nous pouvons citer : Prozac, Paxil, Seroplex, Celexa, Zoloft et Priligy. À l’heure actuelle, il n’existe pas d’étude concluante vis-à-vis d’une potentielle interaction entre le CBD et ces médicaments. Il faut cependant rester vigilant à l’égard des effets secondaires, notamment en termes d’accoutumance.

La deuxième catégorie de ces médicaments les classe parmi les benzodiazépines (Lexomil, Xanax, Valium, Temesta). Ici encore, il n’y a pas d’études qui démontrent une interaction significative, cependant, des médecins ont constaté chez certains de leurs patients, des cas de somnolence aiguë, un état confus ou des difficultés à la concentration.

Si vous avez le moindre doute concernant l’usage de ces médicaments avec une prise éventuelle de CBD, vous pouvez espacer la prise de CBD à 2 ou 3h selon le temps d’action du médicament afin qu’il puisse être métabolisé avant une prise de CBD.

 

Quelles sont les interactions médicamenteuses entre le CBD et les anti-inflammatoires stéroïdiens ?

Dans le cas de maladies auto-immunes ou d’inflammation chronique, les corticostéroïdes ou les corticoïdes peuvent être prescrits. Ils constituent de puissants anti-inflammatoires et immunosuppresseurs qui vont mimer l’action de la cortisone. Parmi eux, les trois prédominant sur le marché sont : Prednisone, Prednisolone et Bétaméthasone. Il est très fréquent que la cortisone génère ce qu’on appelle une « cortico-dépendance » si la durée du traitement est prolongée. La prise de CBD associée aux corticoïdes à de grands risques de rendre cette cortico-dépendance précoce.

En effet, une étude publiée en 2019 par Richard Franki (Cannabidiol may interact with rheumatologic drugs) explique que les enzymes du foie CYP3A situé dans le complexe du cytochrome P450 sont inhibés par les corticoïdes et par le CBD. Ceci entraine une recapture lente des corticoïdes, c’est-à- dire qu’ils seront plus lentement évacués par l’organisme. Le risque d’effets secondaires est donc majoré.

Consommation de CBD et antihistaminiques : quelles sont les interactions médicamenteuses ?

Les antihistaminiques, très largement utilisés pour traiter les cas d’allergies ou les états grippaux sont composés de nombreuses molécules actives. La molécule qui est susceptible d’interagir avec le CBD est la doxylamine.

En effet, de nombreux effets secondaires ont été rapportés quant à l’association de ces deux molécules : la somnolence, la confusion, les troubles cognitifs et moteurs et parfois même respiratoires. Le CBD perturbe, ici encore, le fonctionnement des enzymes du cytochrome P450 du foie responsables de la dégradation de la doxylamine. Les effets indésirables s’avèrent être très lourds.

 

Rencontrons-nous des risques d’interactions médicamenteuses lorsque l’on consomme des anti-convulsant et du cannabidiol ?

Le CBD est très largement connu dans le cas des personnes souffrant de crises épileptiques. Les médicaments prescrits pour les personnes concernant sont le Clobazam, le Clonazépam et le Lamotrigine.

Dans certains cas, il est à noter une mise en garde de ces médicaments accompagnée d’une forte dose de CBD (300mg ou plus) avait de grand risque d’entrainer une très grande fatigue et une sédation.

Une étude, réalisée par Edilepsy Foundation en 2018, explique que l’association de médicament prescrit pour les personnes atteintes de crises d’épilepsie et de CBD est fortement déconseillée et présente de réel danger.

 

Quels sont les effets secondaires à la suite d’ingestion d’hormones thyroïdiennes et de CBD ?

Le dérèglement de la glande thyroïdienne est traité par deux médicaments, la Lévothyroxine et la L-Thyroxine.

Associés à une consommation de CBD, les médecins ont constaté de mauvais retours d’expérience délivrés par leurs patients avec une augmentation des effets secondaires des médicaments, même lorsque la prise était espacée de plusieurs heures.

 

Les analgésiques à base d’opiacés : une interaction avec le CBD ?

Parmi les analgésiques, il y a ceux qui contiennent de la codéine tels que Efferalgan, Dafalgan codéine et coDoliprane, ceux qui contiennent du Tramadol tels que Contramal, Ixprim, Topalgic, Zamudol et il y a les morphiniques comme l’Oxycodone, l’Hydromorphone, le Fentanyl retrouvés sur le marché sous les appellations suivantes : Actiskenan, Sophidone, Moscontin, Sophidone, Oxycontin et Instanyl.

Il n’existe pas de contre-indications établies pour la prise de CBD avec des médicaments à base d’opiacés. Cependant, une étude parue en 2017 par The National Academies of Sciences, Engineering and Medicine, montre que les effets analgésiques semblent être accentués. De plus, les analgésiques et le CBD ont tous deux des effets hypotenseurs qu’il est important de surveiller.

À savoir également que le Tramadol et la codéine agissent sur l’enzyme CYP2D6, qui est une enzyme inhibée par le CBD. La prise de CBD doit donc être espacée ou la prise d’opiacés diminués.

 

En cas de traitement d’anticoagulants, la consommation de CBD est-elle recommandée ?

Des anticoagulants peuvent être prescrits dans le cas des personnes à risques d’accidents cardiovasculaires pour éviter la formation de caillots sanguins, tels que Warfarine et Coumaphene. Ces anticoagulants permettent de diluer le sang, le risque d’hémorragie est donc plus grand avec la prise de ces substances.

En 2007, une étude réalisée par Coetzee et al. (Anticoagulant effects of a Cannabis extract in an obese rat model) a mis en évidence le fait que le Cannabidiol a tendance à augmenter les effets et la durabilité de la Warfarine. Le CBD est donc un réel booster de Warfarine. Dans ces conditions, le sang a de grands risques d’être bien plus dilué. En cas de lésions, même minimes, les risques d’hémorragie sont bien plus grands.

 

Quels sont les points de vigilance entre les bêtabloquants et le CBD ?

En cas d’hypertension artérielle, ce sont les bêtabloquants qui peuvent être prescrits (également dans le cas d’insuffisance cardiaque). Voici les médicaments concernés : Timacor, Kredex, Artex, Tenormine, Temerit, et Celectol. Or, comme dit au-dessus, le CBD a un pouvoir hypotenseur. Il est important de signaler à votre médecin une prise de CBD en cas de traitement aux bêtabloquants. Ce dernier pourra ajuster la dose médicamenteuse.

Un risque cardiaque est avéré en cas d’interaction entre le CBD et les bêtabloquants. Il peut être intéressant de consulter un cardiologue si vous vous trouvez dans ce cas.

 

Quelles sont les mesures de précaution pour limiter les risques interactions médicamenteuses entre les anti-hyperglycémiques et la consommation de CBD ?

Les anti-hyperglycémiques, prévues pour les personnes diabétiques, contiennent de la metformine. La metformine est une substance qui aide au contrôle du taux de glucose dans le sang, or les cannabinoïdes, tels que le CBD, ont tendance à inhiber les effets de cette molécule.

 

Est-il dangereux de consommer du CBD en cas de Narcolepsie ? Quels effets indésirables en attendre ?

Les narcoleptiques permettent de lutter contre la cataplexie (perte brusque du tonus musculaire sans altération de la conscience) tels que le Xyrem à base d’oxybate de sodium. Ces narcoleptiques sollicitent fortement le système nerveux, il est donc très dangereux de la consommer en supplémentation d’une prise de CBD. Les effets secondaires d’une prise simultanée de CBD et de narcoleptiques sont : une hypotension artérielle, de la tachycardie, des problèmes respiratoires et des étourdissements.

 

Ce qu’il faut retenir entre le CBD et interactions médicamenteuses !

Bien que le CBD soit interdit en France et plus largement dans de nombreux pays de l’Union Européenne concernant son usage en tant que complément alimentaire ou denrée alimentaire, certaines personnes peuvent être amenées à en consommer en supplémentation d’un traitement médicamenteux.CBD et interaction médicamenteuse traitement

Cet article ne présente pas la totalité des substances existantes. De plus, les études permettant de mettre en évidence une interaction entre le CBD et les médicaments sont relativement faibles et peu significatives.

Avant toute prise, il est préférable d’en discuter avec un médecin, afin qu’il ajuste la dose du traitement ou vous oriente vers de meilleures solutions. Dans le doute, vous pouvez espacer la prise de CBD à 2h ou 3h de votre traitement médicamenteux. Les enzymes du cytochrome P450 interviennent dans la métabolisation de 60% des médicaments. Le CBD agissant à ce niveau, il est préférable de rester vigilant.

 

Suite à tous ces points de vigilance, si votre traitement est compatible avec le CBD, n’hésitez pas à tester notre huile de chanvre bio !

 

Références bibliographiques :

  1. Babson KA, Sottile J, Morabito D. Cannabis, cannabinoids, and sleep: a review of the literature. Curr Psychiatry Rep. 2017;19(4):23.
  2. Jakub Mlost, Marta Bryk and Katarzyna Starowicz. Cannabidiol for Pain Treatment: Focus on Pharmacology and Mechanism of Action. Int. J. Mol. Sci. 2020, 21, 8870.
  3. C. Coetzee; R.-A. Levendal; M. van de Venter; C.L. Frost (2007). Anticoagulant effects of a Cannabis extract in an obese rat model. , 14(5), 333–337.         doi:10.1016/j.phymed.2006.02.004
  4. National Academies of Sciences, Engineering, and Medicine. 2017. The Health Effects of Cannabis and Cannabinoids: The Current State of Evidence and Recommendations for Research. Washington, DC: The National Academies Press.
  5. Paul T. Kocis, Kent E. Vrana. Delta-9-Tetrahydrocannabinol and Cannabidiol Drug-Drug Interactions. Preclinical Science and Clinical Studies – Review Article. Med Cannabis Cannabinoids 2020;3:61–73.
  6. Taylor, Lesley; Gidal, Barry; Blakey, Graham; Tayo, Bola; Morrison, Gilmour  (2018). A Phase I, Randomized, Double-Blind, Placebo-Controlled, Single Ascending Dose, Multiple Dose, and Food Effect Trial of the Safety, Tolerability and Pharmacokinetics of Highly Purified Cannabidiol in Healthy Subjects. CNS Drugs, 2018. 2-15.
  7. Richard Franki. Cannabidiol may interact with rheumatologic drugs. Journal Rheumatology News, 2019.
  8. Epilepsy Foundation. EPIDIOLEX® (cannabidiol, CBD) oral solution. U.S. Food and Drug Administration (FDA). 2018.

Ces articles peuvent également vous plaire

LE MAGAZINE NATURVEDA

04.73.55.90.96
0