Définition d’une escarre et comment la traiter

Définition d’une escarre et comment la traiter

Définition d’une escarre et comment la traiter

Qu’est ce qu’une escarre ?

En France on estime à 9% la prévalence des escarres chez les patients hospitalisés. Ce fléau qui semble inévitable lors des alitements prolongés n’a toujours pas de traitement bien établi. Nous allons vous expliquer le mécanisme de formation des escarres et les traitements en places.

Une escarre est une lésion cutanée d’origine ischémique, c’est-à-dire due à un manque d’apport sanguin. On l’appelle aussi plaie de lit ou ulcère de lit selon les pays. Cette plaie qui ne semble jamais guérir est la conséquence de l’appui prolongé d’un tissu contre une surface. Par exemple, si vous êtes longtemps alité (ou pour des personnes en fauteuil), le contact permanent de la chair contre le lit (ou le fauteuil) va progressivement comprimer les vaisseaux sanguins et donc diminuer l’apport du sang. Les tissus vont commencer par nécroser en profondeur, puis progressivement cette hypoxie va se répandre et remonter vers la surface. En général, une escarre va apparaitre vers les saillies osseuses où la pression est plus forte. Elle se manifeste au départ par une zone de rougeur persistante (stade 1), puis par une induration de la peau avec l’apparition progressive de cloque (stade 2) et apparait ensuite la plaie avec nécrose de la peau (stade 3). À partir de ce moment-là, il est très difficile de faire machine arrière et la chirurgie devient quasiment inévitable. Dans les cas les plus graves, il existe un stade 4 et 5 où la zone de l’ulcère s’élargit de plus en plus.

formation d'une escarre de pression

Pourquoi une escarre n’arrive-t-elle pas à guérir ?

La première raison qui explique la difficulté pour traiter une escarre est que bien souvent le patient doit rester alité. L’ulcère est une conséquence secondaire et il n’est souvent pas envisageable ou possible de mettre le patient dans une autre position.

Il faut comprendre ensuite le mécanisme par lequel une plaie peut cicatriser. Une bonne cicatrisation n’est autre que le développement normal des cellules, que l’on parle des cellules de la peau, des muscles ou autres, il faut permettre un développement cellulaire correct. Si les cellules se multiplient rapidement dans de bonnes conditions, alors la cicatrisation pourra se faire. Voyons donc les besoins d’une cellule pour se multiplier sans problème, pour nous aider nous allons comparer une cellule à un bébé.

Pour grandir, un bébé doit être nourri, une cellule doit être vascularisée. L’enfant a besoin de boire, une cellule doit être hydratée. Il doit respirer et la cellule doit être oxygénée. Il n’a pas besoin de produits chimiques, idem pour la cellule. En enfin, il doit être dans un environnement sain et propre sans facteurs agressifs.

Pour qu’une plaie cicatrise il faut donc, permettre la vascularisation en limitant la compression, l’hydrater abondamment, l’oxygéner un maximum en évitant donc des pansements trop épais qui ne laissent pas passer d’air et surtout éviter la surabondance de produits chimiques médicamenteux qui perturbent le bon développement cellulaire.

Un dernier point vient s’ajouter à cette liste, il s’agit de la matrice extra cellulaire (MEC). Qu’est-ce que c’est exactement que cette matrice ? La MEC appelée aussi ciment intercellulaire est le support sur lequel une cellule va se développer. Elle se compose essentiellement de protéines en tous genres, vous avez surement déjà entendu parler de certaines d’entre elles qui composent le collagène ou l’élastine qui donnent l’aspect l’élastique à notre peau. Et bien, sachez qu’il existe une multitude d’autres protéines dans cette matrice, dont une famille particulièrement intéressante dans notre cas : les métalloprotéases (MMPs).

Les MMPs sont des enzymes qui sont capables de dégrader les constituants de la matrice extra cellulaire. En temps normal, elles permettent de détruire les parties abimées ou lésées pour permettre à d’autres acteurs de synthétiser une nouvelle matrice. Pour que la cicatrisation se déroule normalement et rapidement il faut toujours garder un équilibre entre les MMPs et leurs inhibiteurs les TIMPs (pour tissue inhibiteur de métaloprotéases). Lorsque les concentrations en MMPs deviennent supérieures à celles des TIMPs, il y a alors une cicatrisation retardée voire aucune cicatrisation !

Lorsqu’une escarre apparait, il va se produire un phénomène inflammatoire important qui va perturber l’action des TIMPs. Les MMPs vont alors rapidement prendre le dessus et continuer de dégrader de plus en plus la MEC. Les cellules ne peuvent plus se multiplier et la plaie reste chronique.

Si d’autres facteurs que nous avons vus plus haut dans cet article viennent s’ajouter, comme un manque d’oxygénation, une mauvaise hydratation de la plaie ou l’application de produits antiseptiques chimiques, il est pratiquement impossible à la plaie de guérir d’elle-même.

Comment soigner une escarre

Pour faire face à ce fléau des conséquences d’un allitement prolongé, Naturveda a mis au point Antiscar, un traitement naturel pour traiter les escarres. Cliquez sur ce lien pour en savoir plus.

Références

Rani, P., Aliahmad, B., & Kumar, D. K. (2017). A novel approach for quantification of contour irregularities of diabetic foot ulcers and its association with ischemic heart disease. In 2017 39th Annual International Conference of the IEEE Engineering in Medicine and Biology Society (EMBC) (Vol. 2017, pp. 1437–1440). IEEE.
https://doi.org/10.1109/EMBC.2017.8037104

Xie, X., Bao, Y., Ni, L., Liu, D., Niu, S., Lin, H., … Luo, Z. (2017). Bacterial Profile and Antibiotic Resistance in Patients with Diabetic Foot Ulcer in Guangzhou, Southern China: Focus on the Differences among Different Wagner’s Grades, IDSA/IWGDF Grades, and Ulcer Types. International Journal of Endocrinology, 2017, 1–12.
https://doi.org/10.1155/2017/8694903

Lee, Y.-B., Kim, D.-H., Jung, J.-H., & Park, J.-Y. (2017). Chronic Open Infective Lateral Malleolus Bursitis Management Using Local Rotational Flap. BioMed Research International, 2017, 1–5.
https://doi.org/10.1155/2017/2728092

Everts, P. A., Warbout, M., de Veth, D., Cirkel, M., Spruijt, N. E., & Buth, J. (2017). Use of epidermal skin grafts in chronic wounds: a case series. International Wound Journal.
https://doi.org/10.1111/iwj.12787

Kim, S., Kim, J. H., Choi, J., Jeong, W., & Kwon, S. (2017). Polydeoxyribonucleotide (PDRN) Improves Peripheral Tissue Oxygenation and Accelerates Angiogenesis in Diabetic Foot Ulcers. Archives of Plastic Surgery. https://doi.org/10.5999/aps.2017.00801

Waycaster, C., Carter, M. J., Gilligan, A. M., Mearns, E. S., Fife, C. E., & Milne, C. T. (2017). Comparative cost and clinical effectiveness of clostridial collagenase ointment for chronic dermal ulcers. Journal of Comparative Effectiveness Research, cer-2017-0066.
https://doi.org/10.2217/cer-2017-0066

Chodkiewicz, H. M., Greenway, H. T., & Housman, L. (2017). Successful Treatment of a Scleroderma-Associated Leg Ulcer With Endovenous Laser Ablation. Dermatologic Surgery, 1.
https://doi.org/10.1097/DSS.0000000000001396

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles liés

EUR Euro

Entrez votre mot clé