La migraine, comment la soulager? Quelles sont les causes de ce mal de tête? Et comment le diagnostiquer?

La migraine est une maladie neurologique très répandue. Elle touche plus de 1 milliard de personnes dans le monde soit environ 20 % de la population. Tout le monde connaît quelqu’un qui souffre de la migraine. Une étude parue dans Lancet a désigné la migraine comme la seconde pathologie la plus invalidante au monde, juste derrière les douleurs lombaires. La plupart des gens ne réalisent pas à quel point la migraine peut être grave et invalidante. Il faut imaginer que toutes les 10 secondes en France, une personne se rend aux urgences se plaignant de douleurs à la tête et repart avec un diagnostic de migraine.

La migraine peut toucher tout le monde, parfois elle se déclenche tardivement, mais environ la moitié des patients migraineux ont eu leur première crise avant l’âge de 12 ans. À partir de l’âge de 17 ans, la migraine prédomine essentiellement chez la femme selon un ratio de 3 pour 1. Un enfant dont l’un des parents est migraineux à environ 40 % de chances d’en hériter ; et si les deux parents sont migraineux, les chances passent à plus de 60 %. La migraine a même été signalée chez des enfants âgés de 18 mois seulement. Récemment, on a découvert que les coliques du nourrisson étaient associées à la migraine infantile et qu’elle pouvait même être une forme précoce de migraine.

 

La migraine a des conséquences économiques et sociales graves

 

La migraine est un problème de santé publique qui a de graves conséquences sociales et économiques. On estime que les coûts des soins de santé et de perte de productivité associée à la migraine atteignent plusieurs milliards d’euros par an. Aux États-Unis, c’est 36 milliards de dollars qui sont imputés à la migraine. Les coûts des soins de santé sont en moyenne 70 % plus élevés pour une famille dont un membre souffre de migraine que pour une famille non affectée par cette maladie.

Le diagnostic de la migraine est également un sujet délicat. En effet, la migraine est une céphalée particulière où le diagnostic se fait seulement par exclusion d’autres pathologies. L’I.R.M. cérébrale du patient migraineux est totalement normale. De ce fait, plus de la moitié des migraineux ne sont jamais diagnostiqués. Dans la majorité des cas, ils ne cherchent pas à obtenir des soins médicaux spécifiques pour leur douleur et l’automédication représente 80 % des traitements utilisés. Il y a également beaucoup de confusion avec les céphalées de tension, la névralgie d’Arnold ou d’autres céphalées primaires. Si certains symptômes comme la sensibilité à la lumière ou au bruit ainsi que les nausées et les vomissements sont caractéristiques de la migraine, ils peuvent être également présents dans d’autres catégories de maux de tête. Ainsi le diagnostic de la migraine prend du temps et nécessite un suivi médical personnalisé. Aujourd’hui dans le monde, c’est une infime partie des patients qui ont accès à ce parcours médical.

Comment fonctionne la migraine, les causes et les facteurs déclenchants

 

Nous allons aborder dans le premier chapitre, les bases nécessaires à la compréhension de cette maladie. Qu’est-ce que la migraine ? Comment faire la différence entre une migraine et une céphalée tension ? Nous verrons quelle est la conduite à tenir pour reconnaître une migraine chez l’enfant et quelles sont les techniques pour soulager la douleur. Nous vous expliquerons simplement le mécanisme des migraines et qu’elles en sont leurs causes. Nous ferons les liens avec la grossesse, les règles, la ménopause qui sont autant de facteurs hormonaux qui influencent la migraine. Nous aborderons les autres facteurs déclencheurs de la migraine et essaierons de comprendre comment les prévenir.

 

Comment traiter la migraine ? Traitements de crise, de fond ou naturels

 

Dans le second chapitre, nous aborderons les différents traitements de la migraine. Nous parlerons des traitements de crise comme les triptan, des traitements de fond et des traitements naturels pour soulager une migraine. Les traitements de crise ont pour but de la stopper quand elle survient alors que les traitements de fond sont pris quotidiennement et ont pour mission de diminuer la fréquence des crises. Parmi les traitements naturels, la vitamine B2, le magnésium ou le coenzyme Q 10 ont fait l’objet de nombreuses recherches scientifiques. Des plantes ont également montré une efficacité sous certaines conditions, il s’agit essentiellement de la grande camomille ou de la pétasite. Nous verrons aussi des techniques naturelles pour traiter la migraine telle que le yoga, l’autohypnose ou l’ostéopathie.

 

Les différents types de migraines

 

La migraine ophtalmique ou migraine avec aura

La troisième partie de ce dossier abordera la migraine ophtalmique. Cette migraine particulière est associée à des troubles neurologiques transitoires d’ordre visuel. Elle touche 20 à 30 % des patients migraineux. On appelle aussi la migraine ophtalmique la migraine avec aura typique. Les patients peuvent parfois présenter des migraines avec des auras visuelles et parfois sans. Il n’y a pas de règles définies. Nous expliquerons quelles sont les causes de la migraine ophtalmique, quels sont les symptômes de ces troubles visuels et enfin comment prévenir l’apparition de cette céphalée.

 

La migraine chronique

La partie suivante est dédiée à la migraine chronique. Une complication de la migraine qui touche 2 à 3 % des patients migraineux. On parle de migraine chronique lorsque le patient fait plus de 15 crises de migraine par mois. Le passage de la migraine épisodique vers la migraine chronique peut se faire chez n’importe qui. Elle est souvent conditionnée par l’abus de médicaments et par une fréquence de crises de migraine trop élevée. Plus le patient a de crises de migraine, plus il est susceptible d’augmenter progressivement cette fréquence. Donc à terme de faire des migraines chroniques. Nous verrons quel est l’impact de la migraine chronique et quels sont les nouveaux traitements qui font leur apparition. Il s’agit des anticorps dirigés contre le CGRP ou son récepteur. Même s’ils ne sont pas encore remboursés et que les effets à long terme ne sont pas encore certains, ils ont fait leurs preuves dans plusieurs études cliniques très prometteuses.

 

La migraine hémiplégique et hémiplégique familiale

Le cinquième et le sixième chapitre aborderont une forme de migraine particulière qui associe des troubles moteurs. Il s’agit de la migraine hémiplégique ou pour sa forme héréditaire la migraine hémiplégique familiale. Cette forme rare de migraine peut associer des troubles visuels sensitifs ou aphasiques, c’est-à-dire entraînant des difficultés à parler. Nous essaierons de comprendre quel est le mécanisme sous-jacent cette migraine particulière et quel est l’impact génétique et héréditaire.

 

La migraine abdominale

La dernière partie de ce dossier abordera la migraine abdominale. Il s’agit d’un rare cas de migraine où la céphalée c’est-à-dire le mal de tête, n’est pas présente. Le mécanisme est le même et cette maladie évolue par crise également. Les symptômes sont cependant purement localisés au niveau du ventre. Elle est principalement observée chez les enfants. Elle est constituée de crises récurrentes de douleurs abdominales, d’une intensité modérée à sévère. Souvent, des nausées et des vomissements sont associés pouvant entraîner une anorexie chez l’enfant. Dans tous les cas, jamais une céphalée n’est présente. Il a été montré que la plupart des enfants atteints de migraine abdominale développeront des migraines plus tard dans leur vie.

 

 

 

Magazine de la migraine

Le magazine de la migraine a été développé en collaboration avec notre partenaire “La clinique de la migraine”. Nous essayons de vous expliquer simplement la migraine et de vous tenir informé des dernières innovations scientifiques. Bien comprendre sa maladie est déjà un grand pas en avant. Inscrivez-vous à la newsletter pour ne rien manquer (environ 1 lettre par mois).

Newsletter

Ne manquez pas nos innovations !

Merci !

0
Menu