#1 La migraine sans aura, un mal de tête particulier

Nov 4, 2020 | Les bases, Magazine de la migraine, Vidéos

MIG SPRAY traitement préventif des crises de migraine

La migraine sans aura est la plus fréquente des migraines (Ducros 2006). La survenue d’au moins cinq crises est nécessaire pour porter le diagnostic de migraine (Géraud et al. 2015). Elle associe une céphalée bien caractéristique, ainsi que des symptômes secondaires associés.

Les céphalées s’installent de manière progressive, de quelques heures à quelques minutes, le plus souvent de manière unilatérale et prédominent au niveau du front, des tempes et parfois de la face. La crise peut survenir à n’importe quel moment de la journée et de la nuit. Parfois, la douleur siège au niveau de l’occiput et irradie sur les cervicales ; dans ce cas, elle peut être confondue avec les névralgies d’Arnold, qui touche la racine C2. Le caractère unilatéral n’est pas obligatoire et est plus commun chez l’adulte que chez l’enfant, où elle est souvent bilatérale (Ducros 2006; Dodick et al. 2018).

La douleur ressentie est pulsatile, augmentée par l’activité physique ou parfois de simples mouvements de tête. Son intensité peut varier d’un patient à l’autre et d’une crise à l’autre. Le repos, l’immobilité et l’occlusion des yeux sont les éléments majeurs pour faire diminuer l’intensité de la douleur. Dans un tiers des crises, le patient doit s’aliter et cesser toute activité (Géraud et al. 2015).

 

La migraine sans aura n’est pas seulement une céphalée

migraine sans auraD’autres symptômes accompagnent la céphalée. Majoritairement, il s’agit de nausée et plus rarement de vomissements. La photophobie, c’est-à-dire une sensibilité anormale à la lumière est aussi un symptôme fréquent, tout comme la phonophobie où les bruits ne sont plus supportés par le patient. C’est notamment pour ces raisons que les patients se retirent spontanément dans des pièces calmes et obscures durant la crise.

La crise peut durer de 4 à 72 heures si aucun traitement n’est administré (Lanteri-Minet et al. 2013). Chez l’enfant, des crises de moins de quatre heures sont fréquentes. Il est cependant difficile de mesurer la durée d’une crise, car des symptômes prémonitoires peuvent commencer des heures ou des jours avant l’apparition de la douleur. Les patients décrivent alors une asthénie, des bâillements, une somnolence, une irritabilité, une sensation de faim et des variations de l’humeur, allant de la dépression au sentiment d’euphorie (Géraud 2015). Ces symptômes prémonitoires mettent en évidence un dysfonctionnement central, sûrement au niveau de l’hypothalamus, dans la mesure où ils surviennent bien avant l’apparition de la céphalée. Découvrez comment soulager une migraine naturellement

 

Critères de diagnostic de l’International Headache Society (IHS) de la migraine sans aura

Dans sa dernière version, l’IHS a établi des critères de diagnostic précis pour définir la migraine sans aura (ICHD-3 2018).

Critères de diagnostic de la migraine sans aura (ICHD-3β : 1.1) :

  1. Au moins cinq crises répondant aux critères B à D
  2. Crises de céphalées durant de 4 à 72 heures (non traitée ou traitée sans succès)
  3. La céphalée ayant au moins deux des quatre caractéristiques suivantes :
    1. Localisation unilatérale
    2. Qualité pulsatile
    3. Intensité modérée ou sévère
    4. Aggravée par ou provoquant l’évitement d’activité physique de routine (par exemple marcher ou monter des escaliers)
  4. Durant la céphalée, au moins l’un des signes suivants :
    1. Nausées et/ou vomissements
    2. Photophobie et phonophobie
  5. Pas de meilleure définition par un autre diagnostic de ICHD-3β

 

Références

Dodick, David W. 2018. « Migraine ». The Lancet 391 (10127): 1315‑30. https://doi.org/10.1016/S0140-6736(18)30478-1.

Ducros, A. 2006. « Migraine ». EMC – Neurologie 3 (1): 1‑15. https://doi.org/10.1016/S0246-0378(06)39459-6.

Géraud, Gilles. 2015. Les Céphalées en 30 leçons. Elsevier Masson. Ebreges.

ICHD-3. 2018. « Headache Classification Committee of the International Headache Society (IHS) The International Classification of Headache Disorders, 3rd Edition ». Cephalalgia 38 (1): 1‑211. https://doi.org/10.1177/0333102417738202.

Lanteri-Minet, M., D. Valade, G. Géraud, C. Lucas, et A. Donnet. 2013. « Prise en charge diagnostique et thérapeutique de la migraine chez l’adulte et chez l’enfant ». Revue Neurologique 169 (1): 14‑29. https://doi.org/10.1016/j.neurol.2012.07.022.

Les articles pour comprendre la base :

Newsletter

Ne manquez pas nos innovations !

Merci !

Share This
0
Menu