Naturveda » Magazine de la migraine » Actualités » Anatomie des méninges, l’enveloppe du cerveau

Anatomie des méninges, l’enveloppe du cerveau

Nov 4, 2020 | Actualités, Magazine de la migraine

MIG SPRAY traitement préventif des crises de migraine

Le cerveau ne fait pas mal ! Il n’est pas sensitivement innervé. La douleur provient de son enveloppe que l’on appelle les méninges. Voici une petite description de cette structure qui fait tant souffrir les migraineux.

 

Les méninges

a.      Anatomie de la dure-mère

Les méninges sont des membranes qui enveloppent le système nerveux central, l’encéphale et la moelle épinière, la portion intracrânienne des nerfs crâniens et les racines des nerfs spinaux. Leur fonction principale est de protéger le système nerveux des chocs. De plus, elles alimentent le système nerveux en nutriments et jouent un rôle dans l’immunité du cerveau. On distingue, de la surface vers la profondeur la dure-mère, l’arachnoïde et la pie-mère.

anatomie méninges

Crédit photo : Futura-Sciences

Classiquement, la conception anatomique des méninges admet que celles-ci sont au nombre de trois, mais récemment, une conception plus moderne tend à parler de méninges à 2 feuillets, une méninge molle et une méninge dure. La méninge molle est l’accolement de la pie-mère et de l’arachnoïde que l’on rassemble sous le terme de leptoméninge. Il s’agit d’un tissu lâche, intermédiaire entre la dure-mère et le névraxe. On retrouve entre ces feuillets et dans l’espace sous-arachnoïdien du liquide céphalorachidien.

La dure-mère est la méninge dure dont les rôles principaux sont le soutien et la protection. Elle se compose de lames épaisses de tissu fibreux et élastique qui sont accolées aux os situés au-dessus. Elle est divisée en une couche épidurale qui adhère aux os du crâne et une couche méningée au contact direct des méninges molles. Les deux couches sont posées l’une au-dessus de l’autre, sans qu’il y ait d’espace entre les deux.

dure mère méninges

Crédit photo : Futura-Sciences

La surface interne de la dure-mère est tapissée du feuillet pariétal de l’arachnoïde, qui lui adhère fortement. De cette surface se détache un certain nombre de prolongements ou de cloisons qui s’interposent entre les différents segments de la masse encéphalique. Ceci permet d’isoler des compartiments les uns des autres et d’assurer ainsi un maintien de leur situation, quelle que soit la position de la tête. On trouve quatre cloisons qui sont la tente du cervelet, la faux du cerveau, la faux du cervelet et la tente de l’hypophyse (Marieb 2014).

 

b.     Vascularisation des méninges

Les artères méningées qui vascularisent la dure-mère et en partie les os adjacents sont issues des systèmes carotidiens interne et externe et forment un réseau anastomotique à la surface de la dure-mère. Elles se composent de l’artère méningée antérieure, qui a pour origine l’artère ophtalmique ou ethmoïdale ; l’artère méningée moyenne qui provient de l’artère maxillaire interne ; les rameaux méningés de l’artère carotide interne intracaverneuse et l’artère méningée postérieure qui prend son origine au niveau de l’artère occipitale ou vertébrale (Marieb et Hoehn 2014).

 

c.       Innervation des méninges

Les méninges et leur réseau vasculaire sont innervés par le système sympathique, parasympathique et par des fibres sensorielles. L’étage sus-tentoriel est innervé par les branches du nerf trijumeau (V) et l’étage sous-tentoriel par les nerfs cervicaux supérieurs et le nerf vague (X). Longtemps, l’innervation sensitive a été attribuée à la dure-mère, or il a été démontré aujourd’hui que les autres feuillets des méninges, et notamment la pie-mère et ses petits vaisseaux, peuvent également être médiateurs de la douleur. (Dallel et al. 2003; Fontaine et al. 2018). Cette innervation nociceptive implique plus spécifiquement les afférences trigéminales qui, par le noyau salivaire supérieur sont connectées aux efférences neurovégétatives (May et al. 1999).

 

Nous vous conseillons l’article : Mécanisme de la migraine

 

Référence

Dallel, Radhouane, Luis Villanueva, Alain Woda, et Daniel Voisin. 2003. « Neurobiologie de la douleur trigéminale ». médecine/sciences 19 (5): 567‑74. https://doi.org/10.1051/medsci/2003195567.

Fontaine, Denys, Fabien Almairac, Serena Santucci, Charlotte Fernandez, Radhouane Dallel, Johan Pallud, et Michel Lanteri-Minet. 2018. « Dural and Pial Pain-Sensitive Structures in Humans: New Inputs from Awake Craniotomies ». Brain 141 (4): 1040‑48. https://doi.org/10.1093/brain/awy005.

Marieb, Elaine, et Katja Hoehn. 2014. Anatomie et physiologie humaines. Pearson Education France.

May, Arne, et Peter J. Goadsby. 1999. « The Trigeminovascular System in Humans: Pathophysiologic Implications for Primary Headache Syndromes of the Neural Influences on the Cerebral Circulation ». Journal of Cerebral Blood Flow & Metabolism 19 (2): 115‑27. https://doi.org/10.1097/00004647-199902000-00001.

Les articles pour comprendre la base :

Newsletter

Ne manquez pas nos innovations !

Merci !

Share This
0
Menu