Naturveda » Blog santé et bien-être de Naturveda » Escarre » Cicatrisation : la réponse vasculaire

Cicatrisation : la réponse vasculaire

Sep 29, 2021 | Blog santé et bien-être de Naturveda, Escarre

ANTISCAR Pansement liquide pour escarre

La réponse vasculaire : Hémostase et coagulation

La première étape de cicatrisation

La première étape de la cicatrisation physiologique est consacrée à l’hémostase (processus d’arrêt du saignement) et à la formation d’une matrice provisoire de la plaie. Elle se produit immédiatement après la blessure et s’achève après quelques heures. En outre, cette phase initie le processus inflammatoire.

Parfois, cette phase est également décrite comme la “phase de latence”. Au cours de cette phase, l’organisme doit gérer le recrutement des nombreuses cellules et facteurs nécessaires au processus de cicatrisation. Lorsqu’une blessure cutanée atteint la couche épidermique, les vaisseaux sanguins et lymphatiques sont également endommagés. Cela permettra alors de nettoyer la plaie et d’éliminer les micro-organismes.

Cascades de coagulation

Les différentes cascades de coagulation (formation de caillots sanguins) sont initiées par les facteurs de coagulation (système extrinsèque) et les plaquettes. Elles sont activées pour permettre l’agrégation du sang et limiter le saignement (système intrinsèque). Dans le même temps, les vaisseaux lésés subissent une vasoconstriction (resserrement) de 5 à 10 minutes, déclenchée par les plaquettes, afin de réduire la perte de sang et de combler le vide tissulaire avec un caillot sanguin composé de cytokines et de facteurs de croissance.

Matrice provisoire

Le caillot sanguin contient des molécules de fibrine, de fibronectine, de vitronectine et de thrombospondines. Ces molécules forment la matrice provisoire, structure d’échafaudage pour la migration des leucocytes (globules blancs), kératinocytes (cellules de la peau), fibroblastes (précurseur du tissu conjonctif) et cellules endothéliales.

Cette vasoconstriction est cependant responsable d’une défaillance de la perfusion locale avec un manque d’oxygène consécutif, une glycolyse accrue (perte d’énergie) et des changements de pH. La vasoconstriction est ensuite suivie d’une vasodilatation, au cours de laquelle les plaquettes envahissent la matrice provisoire de la plaie.

En outre, les plaquettes influencent l’infiltration des globules blancs par la libération de plusieurs facteurs.

Tant les plaquettes que les leucocytes libèrent des cytokines et des facteurs de croissance pour :

  • activer le processus inflammatoire (IL-1α, IL-1β, IL-6 et TNF-α),
  • stimuler la synthèse du collagène (FGF-2, IGF-1, TGF-β),
  • activer la transformation des fibroblastes en myofibroblastes (TGF-β),
  • déclencher l’angiogenèse (FGF-2, VEGF-A, HIF-1α, TGF-β) et,
  • soutenir déjà le processus de reconstruction de la peau (EGF, FGF-2, IGF-1, TGF-α).

La vasodilatation peut également être reconnue par une rougeur locale (hyperémie) et par un œdème de la plaie.

Les articles pour comprendre les escarres

Magazine de la migraine

Le magazine de la migraine a été développé en collaboration avec notre partenaire “La clinique de la migraine”. Nous essayons de vous expliquer simplement la migraine et de vous tenir informé des dernières innovations scientifiques. Bien comprendre sa maladie est déjà un grand pas en avant. Inscrivez-vous à la newsletter pour ne rien manquer (environ 1 lettre par mois).

Newsletter

Ne manquez pas nos innovations !

Merci !

Share This
0
Menu