Thérapeutique de la migraine : Le traitement de fond

 

traitement de fond migraineLe traitement de fond, appelé aussi traitement prophylactique, a pour objectif principal de diminuer la fréquence des crises, puis leur intensité. Il n’est donc pas nécessaire de prescrire un traitement de fond si la fréquence ou l’intensité des crises ne retentissent pas sur la vie personnelle et socioprofessionnelle du patient. En général, il est envisagé chez des sujets qui présentent régulièrement au moins quatre crises par mois (Massiou et al. 2005). De même, il est indispensable chez les patients qui prennent un traitement de crise plus de deux jours par semaine, en raison du risque d’évolution vers chronicisation des migraines. Il est jugé comme efficace lorsqu’il réduit la fréquence des crises d’au moins 50 %, avec une différence d’au moins 30 % par rapport au placebo (Géraud et al. 2015).

Il existe de nombreuses molécules qui sont utilisées dans le traitement de fond, mais peu d’entre elles sont spécifiques. La plupart de ces molécules sont anciennes et n’ont pas été évaluées dans des essais thérapeutiques avec une méthodologie suffisante. Elles ont été classées en trois catégories : grade A pour une efficacité démontrée, grade B ou C pour une efficacité probable ou douteuse.

 

Liste des traitements de fond selon leur grade (Géraud et al. 2015) :

GRADE A GRADE B GRADE C
Valproate et divalproate de sodium

Métoprolol (AMM)

Propranolol (AMM)

Topiramate (AMM)

Amitriptyline

Aténolol

Candésartan
Flunarizine (AMM)

Méthysergide (AMM suspendue)

Naproxène sodique

Nébivolol

Oxétorone (AMM)

Pizotifène (AMM)

Timolol

Venlafaxine

Dihydroergotamine (AMM supprimée)

Vérapamil

Gabapentine

 

Le choix du traitement de fond est essentiellement conditionné par le ratio bénéfice-risque, car aucune molécule n’a démontré de supériorité d’efficacité par rapport aux autres, et l’attribution des grades correspond plus à la méthodologie appliquée qu’à l’efficacité réelle de la molécule. Utiliser des traitements non spécifiques implique une activité secondaire de la molécule et donc, potentiellement, des effets secondaires à long terme (Massiou et al. 2005)

 

1. Les bêtabloquants

 

Il existe plusieurs bêtabloquants qui ont fait la preuve de leur efficacité dans la migraine, mais seul le propranolol commercialisé sous le nom d’Avlocardyl® et Hémipralon® a obtenu une AMM pour le traitement de la migraine, avec le métoprolol commercialisé sous le nom de Seloken® et Lopressor®. Plusieurs autres bêtabloquants, comme par exemple l’acébutolol, l’aprénolol pourvus d’une activité sympathomimétique, n’ont montré aucune efficacité dans la prévention des migraines (Danesh et al. 2019).

traitement de fond migraineCes molécules sont anciennes, leurs AMM datant de plus de 50 ans, et leur mode de fonctionnement n’est toujours pas élucidé. Il semble que leur effet agoniste « pur » sur les β-récepteurs soit essentiel à leur action antimigraineuse. En effet, les bêtabloquants n’ayant montré aucune efficacité sont essentiellement des agonistes partiels. De plus, ils sont très lipophiles et traversent donc facilement la barrière hématoencéphalique. Ils pourraient donc agir en réduisant l’hyperactivité catécholaminergique du système nerveux central (Fumagalli et al. 2020). Des études chez l’animal ont montré la capacité du propranolol à bloquer la sensibilisation chronique des contrôles descendants de la douleur (Boyer et al. 2017).

Dans le traitement de la migraine, aucun bêtabloquant n’a montré de supériorité par rapport à l’autre (Jackson et al. 2015). Si l’un n’est pas efficace sur un patient, un autre bêtabloquant pourra l’être. De plus, l’efficacité du traitement pourra varier dans le temps et ne plus convenir à un moment donné. L’adaptation de la posologie doit se faire au cas par cas en débutant par une dose minimale (10 mg pour l’Avlocardyl®). De par leur action sur la tension artérielle, la meilleure indication des bêtabloquants est la migraine sans aura, chez des sujets stressés ou à tendance hypertensive (Donnet et al. 2018). Si les effets secondaires restent minimes, les plus courants sont l’asthénie et les insomnies, c’est un usage à long terme qui peut parfois poser des problèmes. En diminuant la pression artérielle chez des patients qui n’en ont pas besoin, l’arrêt du médicament devient difficile du fait d’un risque d’hypertension de rebond (Géraud et al. 2015).

 

2. Les antisérotoninergiques

 

Ce groupe de médicaments rassemble plusieurs molécules avec une affinité pour les récepteurs 5-HT2 de la sérotonine. Il semble cependant que ce ne soit pas cette activité anti sérotoninergique qui soit responsable de leur efficacité. En effet, de puissants anti 5-HT2 spécifiques ont été synthétisés, comme la kétansérine ou la miansérine, mais se sont révélés inefficace dans la migraine (Kaumann et al. 1985 ; Shukla et al. 2001). On retrouve trois médicaments de cette classe, utilisés pour traiter les crises de migraine : le méthysergide (Désernil®), le pizotifène (Sanmigran®) et l’oxétorone (Nocertone®).

Le méthysergide est un dérivé de l’ergot de seigle qui a montré une efficacité comparable au propranolol (Tfelt-Hansen et al. 2006). Son action serait essentiellement due à un effet vasoconstricteur par son activité agoniste sur les récepteurs 5-HT1B. Son utilisation est cependant limitée, car il ne peut pas être associé aux triptans, à cause du risque, exceptionnel mais grave, de fibrose rétropéritonéale, endocardique ou pleuropulmonaire. Il est donc réservé comme traitement alternatif dans les formes sévères de migraine ne répondant plus à aucun traitement. L’évaluation bénéfice-risque peu favorable pour ce traitement a obligé l’annulation de son AMM en France, mais il reste encore très utilisé dans d’autres pays.

Le pizotifène a aussi une action antihistaminique et faiblement anticholinergique. Dans certaines études, il s’est avéré plus efficace que le méthysergide (Jackson et al. 2015). D’autre part, il exerce un léger effet antidépresseur, qui fait de lui le traitement le plus populaire de cette catégorie.

L’oxétorone a, en plus de ses effets anti sérotoninergiques, des effets antihistaminiques, antiémétiques et neuroleptiques. Son usage est relativement limité par ses effets secondaires, avec particulièrement une somnolence parfois très invalidante chez les patients.

3. Les antagonistes calciques

 

Les inhibiteurs calciques inhibent le transfert membranaire du calcium dans les cellules musculaires cardiaques et vasculaires.  Ils sont donc à l’origine d’une vasodilatation importante qui permet de les classer dans les trois premiers traitements d’intention contre l’hypertension artérielle. Dans le traitement de la migraine, en plus de l’effet vasodilatateur, leur efficacité est également due à une action cytoprotectrice, lors de la libération excessive d’ions calcium durant l’ischémie cérébrale (Bentué-Ferrer et al. 1989).

Ils interfèrent également dans la production de NO et la libération de neuropeptides comme le CGRP. Les trois principales molécules commercialisées pour traiter la migraine sont : la flunarizine (Sibélium®), la vérapamil (Isoptine®) et la nimodipine (Nimotop®). Le vérapamil et la nimodipine n’ont cependant pas obtenu d’AMM dans le traitement de la migraine.

Cela est essentiellement dû à des résultats très disparates et non concluants dans les études cliniques, ou à des effets secondaires importants, comme l’hypotension, les œdèmes des membres inférieurs ou une bradycardie. Concernant la flunarizine son effet anticalcique est associé à une activité antihistaminique et anti-sérotoninergique. Dans des études contrôlées, son efficacité s’avère comparable à celle du propranolol (Gawel et al. 1992). L’utilisation de cette molécule est cependant limitée, principalement à cause des effets anxiodépressifs et à une prise de poids importante chez certains patients.

4.    Les antiépileptiques

 

L’hyperexcitabilité corticale enregistrée dans la migraine justifie la théorie de l’utilisation des antiépileptiques dans la prophylaxie migraineuse (Cuvellier et al. 2009). Le valproate et le topiramate sont ceux qui ont une efficacité démontrée et des effets indésirables modérés dans le traitement de la migraine. Le topiramate (Épitomax®) possède une AMM dans le traitement de la migraine, mais pas de remboursement de la Sécurité Sociale pour cette indication, dans le but d’orienter le traitement sur des médicaments possédant moins d’effets secondaires. En effet, si l’efficacité du topiramate est comparable à celle du propranolol (Diener et al. 2004), la dose avec le meilleur équilibre efficacité-tolérance de 100 mg n’est pas toujours suffisante ; or, les effets secondaires sont dose-dépendants et concernent essentiellement des troubles neurologiques comme un ralentissement psychomoteur, l’apparition de troubles de l’humeur ou d’agressivité incontrôlable. Le valproate commercialisé sous le nom de Dépakine® et Dépakote® n’a pas obtenu d’AMM non plus dans cette indication pour les mêmes raisons.

 

5.    Les antidépresseurs

 

traitement de fond migraineNous avons déjà évoqué dans la physiopathologie l’intérêt des antidépresseurs, capables d’augmenter le taux de sérotonine libre dans le traitement de la migraine (Lôo et Olié 2004). Même si l’on observe une augmentation des céphalées au début du traitement, dues à l’augmentation transitoire du taux de sérotonine libre, la normalisation progressive de ce taux confère au patient un effet protecteur (Azimova et al. 2016). Les antidépresseurs tricycliques ont été les premières molécules utilisées dans la prophylaxie des céphalées en 1964 et ont longtemps été le traitement le plus commun dans la prévention de la migraine (X. Xu et al. 2017). Ils ont rapidement été mis en concurrence avec les inhibiteurs sélectifs de recapture de la sérotonine, et plusieurs études ont montré une efficacité inférieure de ces derniers, malgré moins d’effets secondaires (Jackson et al. 2010).

L’amitriptyline (Laroxyl®) est le seul antidépresseur qui a une efficacité démontrée dans la prophylaxie migraineuse. Son efficacité est équivalente à celle du propranolol et il est intéressant de noter qu’aucune corrélation entre l’effet antidépresseur et l’effet antimigraineux n’a été retrouvée. La venlafaxine (Effexor®) est un inhibiteur de la recapture de la sérotonine et de la noradrénaline et est le seul de sa catégorie à avoir démontré une efficacité dans la prophylaxie migraineuse (Jackson et al. 2010).

 

 

6.    Les gepans et anticorps monoclonaux anti-CGRP

 

CGRP traitement fond migraineC’est en 1980 que le rôle du CGRP a été mis en évidence dans la physiopathologie de la migraine (Sandor et al. 2019). Depuis ce jour, les laboratoires pharmaceutiques n’ont cessé de développer des antagonistes dirigés contre des composants du système CGRP pour le traitement de la migraine. Les premiers antagonistes du CGRP à avoir été évalués dans le traitement de la crise migraineuse ont été appelés « gepans ». Ils ont suscité un grand intérêt au départ, car ils avaient montré une efficacité similaire à celle des triptans, tout en étant mieux tolérés (Ho et al. 2008). Ils avaient aussi l’avantage de ne présenter aucun effet vasoconstricteur, ce qui permettait leur prescription chez des patients avec des antécédents vasculaires. De plus, aucune chronicisation n’avait été observée, limitant ainsi l’apparition de céphalées par abus médicamenteux. Cependant, certaines études ultérieures ont montré une hépatotoxicité, ce qui obligea les laboratoires pharmaceutiques à abandonner la voie des gepans (Ho et al. 2016 ; Xu et al. 2016). Pendant plusieurs années, aucun traitement de cette classe n’a plus été proposé.

 

Il existe actuellement un regain d’intérêt pour le développement de nouveaux gepans qui ne provoquent pas de toxicité hépatique. Plusieurs d’entre eux sont en phase de développement, comme l’ubrogepant pour les migraines épisodiques, qui est actuellement en phase 3 (Lipton et al. 2019) ; le rimegepant pour les migraines chroniques, qui est également dans cette même phase, et l’atogepant est en phase 2 pour la prévention des migraines.

 

Dans l’étude ACHIEVE I de phase 3, randomisée, multicentrique et en double aveugle, ont été évaluées l’efficacité, l’innocuité et la tolérance de l’ubrogepant (Dodick et al. 2020). Administré par voie orale (50 mg ou 100 mg), il a été comparé au placebo lors de crises migraineuses aiguës, d’intensités modérées à sévères. Sur les 1327 patients traités avec le traitement, il a été constaté une absence de douleur deux heures après la prise, dans une proportion bien plus importante que dans le groupe placebo. Les résultats allaient dans le même sens concernant les critères secondaires, c’est-à-dire l’absence des symptômes les plus gênants associés à la migraine, tels que la photophobie, la phonophobie ou les nausées. Les effets secondaires le plus fréquemment observés sont des nausées, une somnolence et une sécheresse buccale. Ainsi, les nouveaux gepans semblent pouvoir fournir une alternative utile aux triptans, particulièrement chez les patients souffrant de risque cardiovasculaire ou ne répondant pas aux triptans.

 

Un autre développement prometteur est celui des anticorps monoclonaux dirigés contre le CGRP (eptinezumab, fremanezumab et galcanezumab) ou son récepteur. (erenumab) (Sandor et al. 2019). Selon la substance, l’administration s’effectue par voie sous-cutanée ou intraveineuse, tous les 1 à 3 mois.

laboratoire

L’étude LIBERTY qui a pour but d’évaluer l’efficacité de l’erenumab contre un traitement placebo (Reuter et al. 2018) a montré qu’à 12 semaines, le nombre de patients ayant atteint une diminution d’au moins 50 % du nombre de jours de migraine par mois (critère d’évaluation principal) était de 30 % dans le groupe erenumab contre 14 % sous placebo (p = 0,002). La proportion de ceux atteignant une diminution de 75 % ou de 100 % était respectivement de 12 % contre 4 % (p = 0,025) et de 6 % contre 0 %.

 

L’erenumab est la première molécule à avoir été autorisée sur le marché, son AMM ayant été octroyée en mai 2018 aux États-Unis, et en septembre 2018 dans l’espace européen. Elle est disponible sous forme d’auto-injecteur pour une utilisation à domicile. Sa tolérance est excellente et comparable à celle du placebo pour presque tous les effets indésirables, et aucune hépatotoxicité n’a été reportée à ce jour.

 

L’étude PROMISE de phase 3 a évalué contre placebo l’efficacité de l’eptinezumab (Ashina et al. 2020 ; Lipton et al. 2020). Environ la moitié des patients recevant le traitement ont obtenu une réduction de plus de 50 % des migraines mensuelles. Ces résultats prometteurs sont aussi retrouvés dans les études concernant les deux autres molécules ( Ferrari et al. 2019 ; Silberstein et al. 2017; Lamb 2018). Il n’existe cependant aucune étude comparative directe entre ces quatre molécules ou en comparaison avec un autre traitement prophylactique. Dans l’ensemble, l’efficacité décrite dans les études est comparable à celle d’autres agents prophylactiques antimigraineux établis (topiramate par exemple) et ne semble pas dépendre de la fréquence des céphalées au début du traitement (Brandes et al. 2004 ; Sandor et al. 2019).

 

Depuis l’erenumab, commercialisé sous le nom d’Aimovig®, les autres molécules ont progressivement obtenu leur AMM. C’est le cas d’Emgality (galcanezumab) des laboratoires Eli Lilly ou encore Ajovy (fremanezumab) de Teva. L’eptinezumab a été autorisé par la FDA en avril 2020 et devrait rapidement être autorisé sur le marché européen.

 

Actuellement, la principale restriction est le coût du traitement, estimé entre 3000 et 5000 euros par an et par patient (Sandor et al. 2019). À ce jour, aucun remboursement par les organismes payeurs n’a été approuvé. Ainsi, ce traitement ne sera pas disponible pour tous les patients. L’American Headache Society (AHS) a dévoilé en mars 2019 les recommandations d’usage et inclut uniquement les patients souffrant au minimum de 15 jours de céphalées par mois, dont 8 répondants aux critères de la migraine (photophobie, signes digestifs, douleur accentuée à l’effort, etc.), et après échec d’au moins 2 traitements conventionnels (American Headache Society 2018).

 

Si ces traitements prophylactiques spécifiques de la migraine ne peuvent pas être prescrits à tous les patients migraineux, ils constituent cependant une avancée majeure pour les patients réfractaires aux traitements actuels.

 

Références

American Headache Society. 2018. « The American Headache Society Position Statement On Integrating New Migraine Treatments Into Clinical Practice ». Headache: The Journal of Head and Face Pain, décembre, head.13456. https://doi.org/10.1111/head.13456.

Ashina, Messoud, Joel Saper, Roger Cady, Barbara A. Schaeffler, David M. Biondi, Joe Hirman, Susan Pederson, Brent Allan, et Jeff Smith. 2020. « Eptinezumab in Episodic Migraine: A Randomized, Double-Blind, Placebo-Controlled Study (PROMISE-1) ». Cephalalgia: An International Journal of Headache 40 (3): 241‑54. https://doi.org/10.1177/0333102420905132.

Azimova, J. E., K. V. Skorobogatykh, A. V. Sergeev, et E. A. Klimov. 2016. « Migraine and depression: efficacy and safety of antidepressant therapy ». Zhurnal Nevrologii I Psikhiatrii Imeni S.S. Korsakova 116 (11): 35‑40. https://doi.org/10.17116/jnevro201611611135-40.

Bentué-Ferrer, D., R. Decombe, J. M. Reymann, et H. Allain. 1989. « L’action centrale des antagonistes calciques ». La Revue de Médecine Interne 10 (2): 174‑80. https://doi.org/10.1016/S0248-8663(89)80100-6.

Boyer, Nelly, Jérémy Signoret-Genest, Alain Artola, Radhouane Dallel, et Lénaïc Monconduit. 2017. « Propranolol Treatment Prevents Chronic Central Sensitization Induced by Repeated Dural Stimulation »: PAIN 158 (10): 2025‑34. https://doi.org/10.1097/j.pain.0000000000001007.

Brandes, Jan Lewis, Joel R. Saper, Merle Diamond, James R. Couch, Donald W. Lewis, Jennifer Schmitt, Walter Neto, Stefan Schwabe, David Jacobs, et MIGR-002 Study Group. 2004. « Topiramate for Migraine Prevention: A Randomized Controlled Trial ». JAMA 291 (8): 965‑73. https://doi.org/10.1001/jama.291.8.965.

Cuvellier, J. -C. 2009. « Les antiépileptiques dans le traitement préventif de la migraine de l’enfant ». Revue Neurologique, XIIIes Journées des maladies du système nerveux périphérique, 165 (12): 1002‑9. https://doi.org/10.1016/j.neurol.2009.01.050.

Danesh, Arash, et P. Christopher H. Gottschalk. 2019. « Beta-Blockers for Migraine Prevention: A Review Article ». Current Treatment Options in Neurology 21 (4): 20. https://doi.org/10.1007/s11940-019-0556-3.

Diener, Hans-Christoph, P. Tfelt-Hansen, C. Dahlöf, M. J. A. Láinez, G. Sandrini, Sh.-J. Wang, W. Neto, et al. 2004. « Topiramate in Migraine Prophylaxis ». Journal of Neurology 251 (8): 943‑50. https://doi.org/10.1007/s00415-004-0464-6.

Dodick, David W., Richard B. Lipton, Jessica Ailani, Rashmi B. Halker Singh, Anand R. Shewale, Sihui Zhao, Joel M. Trugman, Sung Yun Yu, et Hema N. Viswanathan. 2020. « Ubrogepant, an Acute Treatment for Migraine, Improved Patient-Reported Functional Disability and Satisfaction in 2 Single-Attack Phase 3 Randomized Trials, ACHIEVE I and II ». Headache 60 (4): 686‑700. https://doi.org/10.1111/head.13766.

Donnet, A. 2018. « La migraine chronique : du concept à la prise en charge thérapeutique ». Pratique Neurologique – FMC 9 (2): 105‑10. https://doi.org/10.1016/j.praneu.2018.01.014.

Ferrari, Michel D, Hans Christoph Diener, Xiaoping Ning, Maja Galic, Joshua M Cohen, Ronghua Yang, Matthias Mueller, et al. 2019. « Fremanezumab versus Placebo for Migraine Prevention in Patients with Documented Failure to up to Four Migraine Preventive Medication Classes (FOCUS): A Randomised, Double-Blind, Placebo-Controlled, Phase 3b Trial ». The Lancet 394 (10203): 1030‑40. https://doi.org/10.1016/S0140-6736(19)31946-4.

Fumagalli, Carlo, Niccolo Laurizi, Niccolo Marchionni, et Diego Fornasari. 2020. « β-Blockers: Their New Life from Hypertension to Cancer and Migraine ». Pharmacological Research 151 (janvier): 104587. https://doi.org/10.1016/j.phrs.2019.104587.

Gawel, M. J., J. Kreeft, R. F. Nelson, D. Simard, et W. S. Arnott. 1992. « Comparison of the Efficacy and Safety of Flunarizine to Propranolol in the Prophylaxis of Migraine ». Canadian Journal of Neurological Sciences 19 (3): 340‑45. https://doi.org/10.1017/S0317167100041962.

Géraud, Gilles. 2015. Les Céphalées en 30 leçons. Elsevier Masson. Ebreges.

Ho, Tony W., Michel D. Ferrari, David W. Dodick, Vince Galet, James Kost, Xiaoyin Fan, Heather Leibensperger, et al. 2008. « Efficacy and Tolerability of MK-0974 (Telcagepant), a New Oral Antagonist of Calcitonin Gene-Related Peptide Receptor, Compared with Zolmitriptan for Acute Migraine: A Randomised, Placebo-Controlled, Parallel-Treatment Trial ». Lancet (London, England) 372 (9656): 2115‑23. https://doi.org/10.1016/S0140-6736(08)61626-8.

Ho, Tony W., Andrew P. Ho, Yang Joy Ge, Christopher Assaid, Regina Gottwald, E. Anne MacGregor, Lisa K. Mannix, et al. 2016. « Randomized Controlled Trial of the CGRP Receptor Antagonist Telcagepant for Prevention of Headache in Women with Perimenstrual Migraine ». Cephalalgia: An International Journal of Headache 36 (2): 148‑61. https://doi.org/10.1177/0333102415584308.

Jackson, Jeffrey L., Elizabeth Cogbill, Rafael Santana-Davila, Christina Eldredge, William Collier, Andrew Gradall, Neha Sehgal, et Jessica Kuester. 2015. « A Comparative Effectiveness Meta-Analysis of Drugs for the Prophylaxis of Migraine Headache ». PloS One 10 (7): e0130733. https://doi.org/10.1371/journal.pone.0130733.

Jackson, Jeffrey L., William Shimeall, Laura Sessums, Kent J. Dezee, Dorothy Becher, Margretta Diemer, Elizabeth Berbano, et Patrick G. O’Malley. 2010. « Tricyclic Antidepressants and Headaches: Systematic Review and Meta-Analysis ». BMJ (Clinical Research Ed.) 341 (octobre): c5222. https://doi.org/10.1136/bmj.c5222.

Kaumann, A. J., et M. Frenken. 1985. « A Paradox: The 5-HT2-Receptor Antagonist Ketanserin Restores the 5-HT-Induced Contraction Depressed by Methysergide in Large Coronary Arteries of Calf. Allosteric Regulation of 5-HT2-Receptors ». Naunyn-Schmiedeberg’s Archives of Pharmacology 328 (3): 295‑300. https://doi.org/10.1007/BF00515556.

Lamb, Yvette N. 2018. « Galcanezumab: First Global Approval ». Drugs 78 (16): 1769‑75. https://doi.org/10.1007/s40265-018-1002-7.

Lipton, Richard B., David W. Dodick, Jessica Ailani, Kaifeng Lu, Michelle Finnegan, Armin Szegedi, et Joel M. Trugman. 2019. « Effect of Ubrogepant vs Placebo on Pain and the Most Bothersome Associated Symptom in the Acute Treatment of Migraine: The ACHIEVE II Randomized Clinical Trial ». JAMA 322 (19): 1887‑98. https://doi.org/10.1001/jama.2019.16711.

Lipton, Richard B., Peter J. Goadsby, Jeff Smith, Barbara A. Schaeffler, David M. Biondi, Joe Hirman, Susan Pederson, Brent Allan, et Roger Cady. 2020. « Efficacy and Safety of Eptinezumab in Patients with Chronic Migraine: PROMISE-2 ». Neurology 94 (13): e1365‑77. https://doi.org/10.1212/WNL.0000000000009169.

Lôo, H., et J. -P. Olié. 2004. « Effets thérapeutiques et indications des antidépresseurs ». EMC – Psychiatrie 1 (4): 273‑83. https://doi.org/10.1016/j.emcps.2004.05.005.

Massiou, H., et M. -G. Bousser. 2005. « Traitement médicamenteux de fond de la migraine ». Revue Neurologique 161 (6): 681‑84. https://doi.org/10.1016/S0035-3787(05)85116-1.

Reuter, Uwe, Peter J. Goadsby, Michel Lanteri-Minet, Shihua Wen, Peggy Hours-Zesiger, Michel D. Ferrari, et Jan Klatt. 2018. « Efficacy and Tolerability of Erenumab in Patients with Episodic Migraine in Whom Two-to-Four Previous Preventive Treatments Were Unsuccessful: A Randomised, Double-Blind, Placebo-Controlled, Phase 3b Study ». Lancet (London, England) 392 (10161): 2280‑87. https://doi.org/10.1016/S0140-6736(18)32534-0.

Sandor, Peter S., Andreas R. Gantenbein, Heiko Pohl, et Urs Fischer. 2019. « Neurologie: Anticorps monoclonaux anti-CGRP: des «game changers» dans la prophylaxie de la migraine? » Forum Médical Suisse 19 (0102): 24‑25. https://doi.org/10.4414/fms.2019.03431.

Shukla, R., V. K. Khanna, S. Pradeep, M. Husain, R. Tandon, D. Nag, M. Dikshit, R. C. Srimal, et P. K. Seth. 2001. « Platelet 3H Ketanserin Binding in Migraine ». Cephalalgia: An International Journal of Headache 21 (5): 567‑72. https://doi.org/10.1046/j.1468-2982.2001.00195.x.

Silberstein, Stephen D., David W. Dodick, Marcelo E. Bigal, Paul P. Yeung, Peter J. Goadsby, Tricia Blankenbiller, Melissa Grozinski-Wolff, Ronghua Yang, Yuju Ma, et Ernesto Aycardi. 2017. « Fremanezumab for the Preventive Treatment of Chronic Migraine ». The New England Journal of Medicine 377 (22): 2113‑22. https://doi.org/10.1056/NEJMoa1709038.

Tfelt-Hansen, Peer, et Pramod R Saxena. 2006. « Antiserotonin Drugs in Migraine Prophylaxis ».

Xu, Haiyang, Wei Han, Jinghua Wang, et Mingxian Li. 2016. « Network meta-analysis of migraine disorder treatment by NSAIDs and triptans ». The Journal of Headache and Pain 17 (1). https://doi.org/10.1186/s10194-016-0703-0.

Xu, Xiao-min, Yang Liu, Mei-xue Dong, De-zhi Zou, et You-dong Wei. 2017. « Tricyclic Antidepressants for Preventing Migraine in Adults »: Medicine 96 (22): e6989. https://doi.org/10.1097/MD.0000000000006989.

 

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

MIGRAINETémoignages

Sport et migraine

J’ai testé le sport doux pour soulager la migraine   Bonjour tout le monde, Étant migraineuse depuis 25 ans, j’ai eu le temps de tester de nombreuses solutions et aujourd’hui, j’ai envie d’aborder avec vous mon expérience sur la migraine et le sport doux. Pour...

sport et migraine
[dsm_blog_carousel include_categories=”334,341,343,342,347,346,333,338,1,339,332,340,336,345,337,344″ use_date=”off” use_author=”off” _builder_version=”4.9.4″ _module_preset=”default”][/dsm_blog_carousel]

Newsletter

Ne manquez pas nos innovations !

Merci !

Share This
0