Les traitements de la migraine

En 2004, l’étude FRAMIG-3 a permis d’étudier le comportement des patients migraineux en France (Lantéri-Minet et al. 2005). Elle montre que 80 % de ces patients n’ont jamais consulté un médecin pour traiter leurs crises ou ont abandonné tout suivi médical. Parmi ces patients, la majorité se traitent en automédication avec des traitements non spécifiques et non adaptés à leurs besoins. Si autant de patients se soignent sans consulter, on pourrait croire que l’efficacité des traitements vendus sans ordonnance est suffisante pour calmer leur douleur ; or, 71 % des migraineux sont insatisfaits par leur traitement de crise.

Il existe donc un paradoxe qui s’explique essentiellement par une méconnaissance de la maladie. Quarante-pour-cent des patients diagnostiqués dans l’étude FRAMIG ne savent pas qu’il existe des traitements spécifiques pour la migraine et le sentiment de fatalisme prédomine largement. Aujourd’hui, les traitements spécifiques comme les triptans représentent seulement 10 % des médicaments utilisés pour soulager les crises (Cologno et al. 2012). Un travail de communication auprès des patients migraineux est donc nécessaire pour les inciter à consulter leur médecin et mettre en place une stratégie thérapeutique adaptée.

Le traitement des migraines repose sur trois grands axes : limiter les facteurs déclenchants, trouver le traitement de crise approprié et adapter un traitement de fond si nécessaire (Silberstein et al. 2012). L’éducation du patient est aussi un élément clé dans la prise en charge des migraines ; il permet notamment de limiter l’abus médicamenteux, qui est un facteur important de chronicisation de migraine. La tenue d’un calendrier des céphalées par le patient permettra de mesurer l’efficacité des traitements et d’ajuster la stratégie thérapeutique (Ong et al. 2018). Le patient va répertorier la fréquence, la durée et l’intensité des crises, mais aussi les traitements pris, les signes associés et l’élément déclencheur s’il parvient à le déterminer.

Parmi les traitements médicamenteux, celui de crise doit être proposé à tous les patients migraineux. Si la fréquence des attaques dépasse quatre crises par mois ou si celles-ci deviennent trop invalidantes, le médecin pourra envisager de prescrire un traitement de fond. Le patient peut aussi se tourner vers des thérapies parallèles comme l’hypnose ou le biofeedback pour apprendre à gérer le stress lié aux migraines.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

MIGRAINETémoignages

Sport et migraine

J’ai testé le sport doux pour soulager la migraine   Bonjour tout le monde, Étant migraineuse depuis 25 ans, j’ai eu le temps de tester de nombreuses solutions et aujourd’hui, j’ai envie d’aborder avec vous mon expérience sur la migraine et le sport doux. Pour...

sport et migraine
[dsm_blog_carousel include_categories=”334,341,343,342,347,346,333,338,1,339,332,340,336,345,337,344″ use_date=”off” use_author=”off” _builder_version=”4.9.4″ _module_preset=”default”][/dsm_blog_carousel]

Newsletter

Ne manquez pas nos innovations !

Merci !

Share This
0