Naturveda » Magazine de la migraine » Témoignages » Migraine : une vraie maladie

Migraine : une vraie maladie

Juil 22, 2021 | Magazine de la migraine, Témoignages

MIG SPRAY traitement préventif des crises de migraine

La migraine, une vraie maladie

Avant de connaître le diagnostic de cette étrange maladie qui nous handicape au quotidien et nous empêche de vivre pleinement chaque moment sans crainte, on vit un peu dans l’angoisse.

Qu’est-ce que cette douleur qui martèle la tête et que du paracétamol ne soulage pas ? Sont-ils des problèmes neurologiques ? Est-ce grave ? Dangereux ? Comment peut-on la soigner ? Existe-t-il un traitement médicamenteux ? Un traitement naturel ?

Les études sur cette maladie sont encore trop peu nombreuses pour permettre aux spécialistes de tirer des conclusions générales, d’explorer des pistes pour trouver des solutions pérennes pour la soulager. Toutefois, certaines plantes médicinales ont prouvé leur efficacité dans le soulagement de la douleur. Sois sage, ô ma douleur !

Migraine et automédication : preuve d’une errance thérapeutique

L’automédication comprend des :

  • Produits pharmaceutiques,
  • Produits naturels,
  • Médecines douces,
  • Médecines alternatives,
  • Sports,
  • Tout ce qui peut soulager les douleurs.

Pour se soigner, il faut garder à l’esprit qu’il est recommandé de bénéficier d’un accompagnement psychologique, neurologique et médical. Le corps médical est de plus en plus à l’écoute des migraineux, cherche et propose des solutions. Les médecins avancent par tâtonnement, mais ils avancent. Les patients atteints de céphalées peuvent désormais choisir parmi une sélection de médicaments destinés à soigner d’autres maladies dans le but de déclencher un effet neutralisant sur la migraine. Un spécialiste en neurologie sera à même de proposer plusieurs traitements de fond pour vous aider à soulager la migraine.

Si l’on entend souvent, quand on est migraineux qu’il faut prendre un ibuprofène, du doliprane, du paracétamol ou un autre anti-inflammatoire et ça devrait passer, ce n’est malheureusement pas aussi simple. La migraine est une maladie vicieuse, qui se déclare inopinément. Bien que l’on commence à identifier les facteurs déclenchants et autres facteurs environnementaux, nous sommes encore loin de traiter facilement le dysfonctionnement produit par les migraines lorsqu’un patient se présente chez un médecin ou un neurologue.

Devant cette errance thérapeutique et surtout face à un véritable parcours du combattant, les patients se regroupent, discutent, et échangent des techniques, des idées, des solutions. On sait qu’il n’y a aucune solution idéale, mais on se sent déjà moins seul. Le tout est de parvenir à préserver son capital crise autant que possible, que ce soit en trouvant des médicaments de crise, des traitements de fond ou des alternatives naturelles, comme des dispositifs médicaux.

Heureusement, l’automédication est une solution intéressante et à la portée de tous. Il existe des produits naturels (ou moins naturels) qui soulagent la douleur des maux de tête. Ce répit permet de gagner du temps contre la maladie. C’est un formidable espoir pour les migraineux ; toutefois, restez vigilant et faites attention à l’abus médicamenteux, car cela peut être très dangereux.

La migraine, une maladie non reconnue comme handicapante

Les premiers symptômes sont souvent communs : des fourmillements, une gêne diffuse qui s’étend lentement, la nuque raide, puis une douleur lancinante qui grandit d’un côté de la tête, des nausées et vomissements dans les pires cas, une incapacité à réfléchir, une intolérance aux odeurs ou aux bruits, etc. La fréquence des crises dépend de chaque personne, du quotidien, de l’environnement dans lequel la personne évolue. La lumière, les odeurs, le bruit, les écrans, la nourriture, tout est sujet à nous faire du mal. Puis avec le temps, on apprend à mieux se connaître.

En tant que migraineux ou migraineuse, on sait quand le déclenchement d’une céphalée chronique est inévitable. Qu’on va probablement se retrouver alité(e) plusieurs heures au minimum, dans le noir (photophobie), et dans le silence (phonophobie) !

La migraine est donc une maladie invalidante. Toutefois, on peut avoir des plans pour se sentir mieux… mais pas pour guérir. Des techniques et méthodes douces peuvent aider à soulager les douleurs produites par la migraine comme le sport doux ou encore la méditation, et des techniques de relaxation. Chacun peut tester ses propres solutions et les appliquer tant qu’elles fonctionnent. Tout ce qui peut soulager naturellement (de préférence) la douleur d’une migraine est bon à prendre.

Légalement, la migraine est reconnue comme une maladie à part entière, mais pas comme une maladie handicapante. Ce qui, au travail comme dans la vie de tous les jours, est compliqué à gérer. Pourtant, avoir la migraine est handicapant. Reste à le faire reconnaître.

Les conséquences directes et indirectes des céphalées de tension

Avoir des migraines a des conséquences directes sur la vie quotidienne, mais aussi des conséquences indirectes. La céphalée de tension handicape le patient, l’obligeant à rester isolé pendant un certain temps, souvent plusieurs jours par mois. La conséquence directe est un isolement progressif, puis une exclusion de la part de l’entourage proche (famille et amis). On se sent rapidement moins fiable, moins disponible, moins présent.

Et puis, il faut garder à l’esprit que la douleur transforme les gens, et cela touche également l’entourage de la personne migraineuse, qui peu à peu, s’éloigne. Avoir mal peut rendre également agressif. Nous ne sommes pas tous égaux devant la douleur et sa gestion.

Les personnes souffrant de migraines chroniques peuvent en témoigner : on ne se sent plus soi-même. On ne peut plus exprimer son plein potentiel dans tous les domaines de la vie. La frustration arrive vite puis la déprime voire la dépression.

Quand on est migraineux, on n’est pas en bonne santé, on est réellement malade… et le migraineux est obligé de tester un traitement de fond après l’autre, jusqu’à trouver celui qui diminuera sensiblement la durée des crises, l’intensité de la douleur, les facteurs déclenchants, ou tout à la fois.

 

 

Les articles pour comprendre la base :

Newsletter

Ne manquez pas nos innovations !

Merci !

Share This
0
Menu